THEOREME par MAAÏK – Borcard – review

Je savais en me lançant dans l’écoute de THEOREME de « Maaïk » Borcard que j’allais y trouver de la musique qui me parle, car j’apprécie grandement son travail dans Penfield et Projet XVII et je sais qu’il sait taper là où j’aime.

Quand vous le voyez sur scène il a une aisance envoutante à passer du saxophone classique à la basse électrique en allant au Moog moduler puis à la percussion pour revenir à la contrebasse électrique et finir au saxophone midi en vous ayant fait passer du rire aux larmes à l’angoisse et vous terminer dans une joie de vivre immense en 10 min.

Donc c’est forcément avec beaucoup de curiosité que j’ai voulu me lancer dans l’écoute de sa dernière sortie THEOREME.

Le visuel très géométrique aux allures de parchemins retrouvé 3000 ans plus tard avec des inscriptions dorée sur un fond noir remplie d’écriture à moitié effacé nous dit déjà que nous allons plonger dans une lutte entre ombre et lumière.

Je vous laisse juger par vous même.

MAAÏK THEOREME
Je ne possède aucun droit sur cette image elle est juste ici a titre illustratif.

Mais même en connaissant la bête et en voyant le visuel je ne m’attendais pas à cette claque.

Son CD solo THEOREME sortie il y a quelques semaines aujourd’hui nous lance tout de suite dans un mood très Penfield au premier morceau Elec-Tree qui commence par des sons de synthétiseur et qui nous jette dans son ambiance rock saturé qui déboite, une bonne façon de nous mettre en bouche.

Dès le deuxième morceau Gardienne on se retrouve dans un arrangement très groove avec une basse qui balance et des arrangements de vents qui donne l’impression d’un mini big band,… ce qui est d’autant plus bluffant quand on sait qu’il a enregistré tout ce CD en solo.

On remarque tout de suite que Maaïk a sa pâte sonore qui consiste à mêler intelligemment des orchestrations de vents très écrites avec des lignes de basses qui groove méchamment, des percussions qu’il joue en live qui rajoute un côté très organique et des synthé de tout type qu’il utilise tantôt pour des nappes tantôt pour des thèmes qui vous resteront dans la tête ou des ambiances lumineuse ou malsaine selon l’envie et l’interprétation. Il utilise toutes ses connaissances des différents instruments, looper et différents effets au service d’une poésie musicale simpliste à la première oreille venue mais très complexe pour celles et ceux qui auraient envie d’analyser tout ça de plus près. Une très bonne utilisation du contrepoint entre les différentes lignes de vents et une mention spéciale pour l’utilisation de la grosse caisse de batterie font que je suis devenu fan instantanément.

Je ne vais pas vous décrire chaque titre d’abord par ce que je l’écoute encore en écrivant ces lignes et que je ne vais pas faire une dissertation pour chaque œuvre et aussi parce qu’il est difficile de faire ça avant d’avoir écouter cette album encore quelques milliers de fois de plus.

En tout les cas c’est une expérience que je vous recommande vivement que vous pouvez trouver ici

Vous pouvez aussi retrouver sur youtube Le Sang d’Hadéen qui est un des morceaux qui compose THEOREME.

Je vous recommande de l’écouter et si vous le pouvez de le soutenir en vous procurant ce REC qui vaut le détour.

Bon voyage.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s